Bambi

Sébastien Lifshitz

Avec Bambi (Marie France Pruvot), Coccinelle (Jacqueline Charlotte Dufresnoy)

Couleurs - 2013 - DVD

L'intrigue

Documentaire sur la vie de Marie-France Pruvot, née garçon en Algérie, qui s’est toujours sentie femme et qui est devenue une célèbre danseuse et chanteuse de cabaret à Paris dans les années cinquante.

  • Marie France Pruvot (Bambi)

  • Marie France Pruvot (Bambi)

  • Marie France Pruvot (Bambi)

  • Marie France Pruvot (Bambi)

  • Marie France Pruvot (Bambi)

  • Marie France Pruvot (Bambi)

  • Marie France Pruvot (Bambi)

  • Marie France Pruvot (Bambi)

  • Sébastien Lifshitz

  • Marie France Pruvot (Bambi) et Sébastien Lifshitz

  • Jacquette dvd

Le genre et le sexe

Le film de Lifshitz est un film engagé et militant au service de la cause transsexuelle, mais c’est aussi est surtout un témoignage émouvant et d’une grande finesse sur le destin singulier de Marie France Pruvot, alias Bambi. Comme dans son film précédent « Les invisibles », Lisfshitz est un passeur de talent, il offre au public la possibilité d’une rencontre avec une personnalité hors du commun, une femme élégante, obstinée, exigeante, mais aussi lettrée, cultivée et brillante qui témoigne de l’étrange destin de ce garçon de naissance devenue femme.

Né en 1935, Jean-Pierre ne supporte mal le prénom que lui ont choisi ses parents et refuse qu’on le considère comme un garçon. En 1952, il quitte l’Algérie et se fait engager dans un cabaret « transformiste » parisien, « Chez Madame Arthur » puis devient la vedette du « Carrousel ». Bambi raconte : « En 1955, « Chez Madame Arthur, des transsexuels, il n’y en avait pas beaucoup à l’époque. Il y a avait Capucine et moi. Les autres étaient des garçons qui vivaient habillés en garçon avec leurs parents, ou leurs épouses s’ils étaient mariés, ou leurs amies, ou avec leurs amis femme ou hommes »1. Bambi, puisque c’est son nom de scène, décide, en 1956, de faire venir sa mère et s’installe avec elle à Paris. Bambi : « Quelques fois on me demande, est-ce que ta mère a compris ? Ma mère n’a rien compris parce qu’il n’y avait rien à comprendre. Moi non plus je n’ai rien compris, mais ma mère a admis. C’était comme ça. Elle l‘a admis. » Bambi prend des hormones, en vente libre à l’époque, et après quelques hésitations, décide de se faire opérer à Casablanca dans la clinique du Professeur Georges Burou. Bambi mène sa carrière avec succès dans le music-hall puis, redoutant les difficultés liées à la vieillesse, quitte le spectacle, passe le bac puis le « Capes pratique » et devient professeur de français dans un collège de Querqueville dans la banlieue de Cherbourg. Bambi devient « Madame tout le monde » et exerce avec passion son nouveau métier jusqu’à l’âge de la retraite. De retour à Paris, elle renoue avec ses anciennes amies et connaissances qui la persuadent de faire connaître son expérience pour aider les transsexuels. Bambi écrit un livre de témoignage2 jusqu’à ce que Lifshitz lui propose de réaliser un documentaire sur sa vie.

Le film de Lifshitz est un film militant, une œuvre importante et un témoignage exceptionnel qui sert à la reconnaissance des droits des transsexuels. Même si le film de Lifshitz reprend à son compte la confusion problématique et habituelle du discours « trans » entre travesti, transsexuel et intersexué, c’est une œuvre majeure et indispensable pour découvrir ou approfondir les questions posés par les transsexuels sur le sexe, le genre et à la question sexuelle.

Documents

Cinepsy met en ligne prochainement un article sur le sexe et le genre.

  1. Extrait de l’interview de Bambi dans le film de Sébastien Lifshitz
  2. MARIE-FRANCE PRUVOT, « Marie, parce que c’est jolie », Editions Bonobo, 2007